Dark shadows de Tim Burton

Dimanche 19 octobre 2014, France 2 diffusait Dark Shadows de Tim Burton. N'ayant pu le voir au ciné au moment de sa sortie, c'est en toute logique que j'ai passé ma soirée devant la télé.

Et c'est parti pour une "chronique ciné/film" ;-)

Dark Shadows de Tim Burton


(c) www.actualitté.com

Synopsis :

(Merci Allociné) Date de sortie : 9 mai 2012                    Durée : 1h52
En 1752, Joshua et Naomi Collins quittent Liverpool, en Angleterre, pour prendre la mer avec leur jeune fils Barnabas, et commencer une nouvelle vie en Amérique. Mais même un océan ne parvient pas à les éloigner de la terrible malédiction qui s'est abattue que leur famille.
Vingt ans passent et Barnabas a le monde à ses pieds, ou du moins la vile de Collinsport dans le Maine. Riche et puissant, c'est un séducteur invétéré....jusqu'à ce qu'il commette la grave erreur de briser le coeur d'Angélique Bouchard. C'est une sorcière, dans tous les sens du terme, qui lui jette un sort bien plus maléfique que la mort : celui d'être transformé en vampire et d'être enterré vivant.
Deux siècles plus tard, Barnabas est libéré de sa tombe par inadvertance et débarque en 1972 dans un monde totalement transformé....


Mon avis :

Bon, je vais commencer par le scénario car il y a plusieurs petites choses qui m'ont chagriné....Tout d'abord, si Barnabas n'a pas de frère ni de soeur et que sa chère et tendre décède sans avoir enfanté, comment, mais comment la famille Collins a-t-elle pu perdurer ? Sérieux....
Comme cela n'est nullement expliqué, après la disparition de la partie américaine de la famille, il est possible que les héritiers de la partie de la famille restée en Angleterre (des cousins ?) soient venus en Amérique prendre en main leur héritage....Mais comme ce n'est expliqué nul part, ce n'est que supposition.
Deuxièmement, j'ai trouvé dommage que le personnage joué par Chloé Grace Moretz (la p'tite fille qui déchire dans Kick Ass) n'est pas été plus fouillée, notamment son "côté sauvage" ^_^ Idem pour "Vicky".

Ah! Tiens, elle ne porte pas le nom des Collins.....

A part ces détails, j'ai bien aimé l'histoire racontée par le film. Tirée d'une série américaine des années 1970, le film semble lui rendre hommage. Par contre, je ne saurai dire si cela est bien fait ou pas car je n'ai pas vu la série.
Ceci dit, cela expliqué que certains aspects des personnages et de l'histoire aient été survolés. En effet, je n'ai pas été captée de bout en bout par l'histoire comme je le suis habituellement en visionnant un film de Tim Burton......
Pour moi, c'est une histoire sympa, avec quelques moments rigolos mais sans plus. Mais est-ce que cela ne tient vraiment qu'au scénario ?

Pour l'image et ce qu'on appelle la photographie dans un film, je l'ai trouvé très belle. Les décors sont à tomber : bien gothiques, à la fois grandioses et quelque peu dérangeant (notamment les décors intérieurs de la maison des Collins). La lumière met bien en valeur chaque décor, paysage, scène. J'aime beaucoup les costumes, les tenues portées par Eva Green la mettent très en valeur (en même temps, cette actrice est classe, quoi qu'elle porte!).

Côté acteurs, on retrouve Johnny Deep et Helena Bonham Carter, acteur/actrice fétiches de Tim Burton. Il y a également Eva Green et Chloé Moretz dont j'ai déjà parlé, avec Michelle Pfeiffer et Jonny Lee Miller, vous savez : le Sherlock dans la série Elementary. J'ai bien failli ne pas le reconnaître sans sa barbe de 3/4 (ou plus) jours (lol). Son jeu est d'ailleurs très différent de celui qu'il a dans la série Elementary. Ici, son personnage est un séducteur invétéré (tiens, comme son personnage-ancêtre!) et un bien piètre père. Pauvre petit David, heureusement que sa gouvernante "Vicky" est là ^_^

Eva Green est sexy en diable dans son rôle de sorcière, amoureuse et ultra-possessive envers Barnabas, sans oublier d'être hyper rancunière vis-à-vis de la famille Collins!!

Le blond lui va aussi bien que le noir ^_^

Tous les acteurs ont un jeu juste et rendent crédibles leurs personnages, qu'ils soient mystérieux (comme celui de "Vicky"), attachant (le petit David) ou ado en pleine crise (Carolyn).
La bande-son est super, une belle alliance entre la musique orchestrale de Danny Elfman et les morceaux des années 1970. Rien à redire, cela nous plonge bien dans l'ambiance du film.

Côté mise en scène/montage, j'ai beaucoup aimé toute la première partie du film sur le passé de Barnabas. C'est entraînant, on ne décroche pas même si je trouve qu'il y a certains passages qui ont été survolés mais en 1h52 de film, on ne peut pas autant approfondir que dans une série! J'ai trouvé l'ensemble bien filmé, sans temps mort. C'est après cette première partie que cela se gatte. Les scènes n'ont pas toutes la même.....puissance. Comment dire.... Dans cette deuxième partie (entre le réveil de Barnabas et l'après-fête), j'ai eu la sensation que certaines scènes n'avaient pas de liens véritables entre elles, comme si elles étaient juxtaposées sans vraiment donner sens....J'ai vraiment trouvé cela dommage alors que la troisième et dernière partie du film m'a fait me raccrocher à l'histoire du film.

J'ai également trouvé que l'écart entre les siècles n'était pas assez marqué. La tenue de Barnabas fait veillote mais ne déparaille pas vraiment avec le reste, la différence de langage n'est pas assez marquée : certes il y a les tournures de phrases et une partie du vocabulaire de Barnabas  qui diffèrent du langage employé par le reste de la famille et de la ville, mais pour moi, cela n'est pas aussi flagrant que dans la série Sleepy Hollow. Je pense que cela vient également de l'attitude de Barnabas, de sa gestuelle qui, pour moi, ne fait pas assez XVIIIème ... 

Tout cela cumuler, c'est sans doute ce qui fait que je reste un peu sur ma faim à la fin du visionnage du film.

Or il y a également des petites choses qui m'ont plu. Comme vous le savez sans doute, je fais assez attention aux détails.
1/ Dans la scène d'ouverture du film, la proue du bateau qui emmène la famille Collins et celle d'Angélique en Amérique se retrouve dans le bureau de cette même Angélique deux siècles plus tard.
2/ La galerie de portrait des femmes Bouchard dans la salle du conseil d'AngelBay présente à la fois l'évolution du portrait peinture entre le XVIIIème et le XXème siècle sans oublier l'évolution du costume, l'ordre chronologique se faisant à partir de la droite du mur pour la partie la plus ancienne vers la gauche du mur pour la partie la plus récente. Hé bien, croyez moi, les deux premiers portraits ont été inversés : le plus à droite représente Angélique dans une tenue du XIXème siècle alors que dans le second, Angélique porte une tenue typique de la fin du XVIIIème siècle (cf. les portraits de Marie-Antoinette). 
Tenue fin XVIIIème de Josette.

Il y a également un portrait d'Angélique sur la fin du XIXème siècle et le début du XXème siècle qui n'est pas sans rappeler l'Art nouveau notamment dans la pose, la tenue et le traitement de celle-ci, la coiffure mais sans tout le décor en fioriture que l'on retrouve notamment chez Mucha.
Malheureusement, mes recherches pour retrouver ces tableaux  se sont révélées infructueuses :'( 

3/ La scène où Barnabas se brosse les dents et où son reflet n'est que celui du dentifrice sur ces dents.

4/ Le passage où Barnabas sort de sa tombe et après avoir fait bombance, allume une énorme enseigne lumineuse : un M pour MacDonald, alors que pour lui le M, dans sa forme et sa couleur, rappelle le M enluminé (vu quelques scènes auparavant) d'un livre de sorcellerie faisant référence à Méphistophéles. 
5/ La "confrontation" Vicky/Josette : l'une demandant de l'aide à l'autre.

6/ Le côté "poupée de porcelaine" d'Angélique : esthétiquement, c'est vraiment beau mais également poignant.
7/ Christopher Lee en vieux pêcheur qui se fait hypnotiser par Barnabas pour rejoindre les rangs des pêcheurs des Collins. Sachant qu'il a joué le rôle de Dracula dans plusieurs films des années 1970, j'ai bien aimé le clin d'oeil ;-)
8/ Les différents passages et caches secrètes que recèlent la maison de Collins.
9/ Les différents endroits où dort Barnabas avant d'avoir son cercueil : dans une armoire, à l'envers dans un recoin d'un lit à baldaquin à lourdes tentures....


Globalement, c'est un film sympathique, assez drôle par moment, globalement plaisant. 
J'ai passé un bon moment mais j'avoue que ce film ne fait pas partie de mes préférées de Tim Burton.

Et vous? 
Que pensez-vous de ce film?


Commentaires

Articles les plus consultés